22 mai 2012 - FABRIZIO BROGLIA

Les yeux et la main de Fabrizio Broglia se concentrent sur des objets qui portent – dans les replis de leur matière – les traces de leur emploi d’antan, qui continue d’exister en puissance. Ces objets ont été saisis par son objectif photographique lors d’un instant de suspension solitaire: ils gisent, momentanément inutilisés, peut-être tout juste abandonnées, dans l’attente d’une action qui les animera à nouveau ou qui, du moins, les frôlera.

 

Les yeux et la main de Fabrizio Broglia se concentrent sur des objets qui portent – dans les replis de leur matière – les traces de leur emploi d’antan, qui continue d’exister en puissance. Ces objets ont été saisis par son objectif photographique lors d’un instant de suspension solitaire: ils gisent, momentanément inutilisés, peut-être tout juste abandonnées, dans l’attente d’une action qui les animera à nouveau ou qui, du moins, les frôlera. Par la suite, le travail patient de la main du dessinateur prolonge cette attente de manière indéfinie, dévoilant et fixant sur le papier l’intimité d’objets qui ne paraissent plus se suffire à eux-mêmes, après le contact avec cette main qui les a fait siens.

Exposition ouverte tous les jours du mardi au samedi, de 10h00 à 17h30, jusqu’au 22 septembre 2012.